Lee Cant a commencé sa carrière créative en tant que graphiste, travaillant dans une série de petites entreprises avant de diriger une agence de design multidisciplinaire. Un intérêt marqué pour la photographie et l'infographie l'a amené à se familiariser avec la 3D et l'image de synthèse. Il explique ici comment il utilise KeyShot dans son travail quotidien, principalement pour l'industrie automobile.

Lee Cant

Site web | LinkedIn |Behance| Instagram
Logiciel de modélisation utilisé : Blender

Comment avez-vous commencé à créer des visuels 3D et comment avez-vous appris KeyShot?  

J'ai commencé à utiliser KeyShot il y a quelques années. Ces dernières années, nous avons adopté une version plus récente de Keyshot pour nous permettre de configurer et de rendre un large portefeuille de produits qui aurait pris un temps considérable à réaliser avec des photographies réelles, sans compter le temps nécessaire au post-traitement et à la découpe des roues des arrière-plans, ce qui est grandement facilité par l'option de rendu des images de produits sans arrière-plans à l'aide de KeyShot. Cela nous a permis de produire des images parfaitement identiques en termes d'angles, d'éclairage et de configuration, en évitant tout décalage ou désalignement, par exemple en plaçant les articles légèrement décentrés ou à des angles différents.

Quels sont vos projets préférés ?  

Je travaille presque exclusivement dans l'industrie automobile, en produisant des images et des visualisations de produits. J'aime travailler sur des projets dans et autour de la catégorie automobile, car j'ai un intérêt marqué pour les véhicules depuis mon plus jeune âge. Si je devais retenir l'un des projets sur lesquels j'ai travaillé, je dirais que ce serait l'Audi Q8RS, le Rolls-Royce Cullinan et la vaste gamme d'images de produits de roues en alliage sur lesquelles j'ai eu le plaisir de travailler.

Comment décririez-vous votre philosophie en matière de design ?  

Qu'il s'agisse de photographie, de conception graphique ou de CGI/3D, j'aime toujours travailler dans un format propre et direct qui va à l'essentiel, avec peu de distractions ou de complications. Je pense que ce format est essentiel dans un monde où tout va très vite et où la durée d'attention est la plus courte de toutes les générations qui nous ont précédés. Il est essentiel de capter rapidement l'attention de l'internaute, puis d'en venir presque instantanément à l'objet de la publicité ou du produit.

Je trouve frustrant de voir des designs ou des produits compliqués et encombrés. Mon style artistique est donc naturellement épuré et simple. Lorsque j'ai des idées, j'aime les prototyper rapidement sans perdre beaucoup de temps et d'efforts sur quelque chose qui pourrait ne pas aboutir à l'idée initiale. KeyShot est parfait pour cette tâche car il me permet de démarrer rapidement, avec très peu de temps d'installation, ce qui me permet de me plonger directement dans le processus de visualisation et de développer à partir de là si je sens que l'idée fonctionne bien.

À quel stade de votre processus utilisez-vous KeyShot? 

En général, j'esquisse des idées au sens traditionnel du terme, avec un crayon et du papier, ce qui me permet de me faire rapidement une idée de la faisabilité visuelle de mon concept mental. Ensuite, je travaille sur KeyShot , où j'établis la scène à l'aide d'éléments de base, de boîtes, de panneaux et de lumières, ainsi que le modèle que je cherche à promouvoir. Si nécessaire, je passe à un autre logiciel 3D destiné à produire des modèles 3D pour compléter une scène plus complexe.

Quels sont vos outils préférés pour KeyShot ?  

L'ensemble du logiciel KeyShot est tellement facile à naviguer et à utiliser, mais les principaux outils que j'utilise sont Normals, Split Object et Split Surface.

Le mode Solo est également très utile, car il concentre toute la puissance de GPU/CPU sur le rendu du matériau de l'objet ou de la pièce sélectionné(e), sans qu'il soit nécessaire d'effectuer le rendu de toute la scène, ce qui permet d'effectuer des ajustements sur les matériaux beaucoup plus rapidement.

En outre, le graphique des matériaux est incroyablement puissant et me permet d'obtenir pratiquement tous les matériaux dont j'ai besoin à l'aide de paramètres et de fonctions complexes.

Le mode GPU est également un élément essentiel de mon flux de travail, car il me permet de peaufiner les images, en particulier lorsque je quitte KeyShot pour traiter des images/studios par lots.

En ce qui concerne les studios, je trouve qu'ils sont incroyablement puissants, car ils me permettent de visualiser un produit dans une série de finitions, de scènes ou avec différents éclairages, que je peux ensuite rendre par lots sous forme d'images. Cela m'évite de perdre énormément de temps à changer manuellement les finitions et les éclairages, puis à effectuer le rendu des scènes et des finitions une par une. Il s'agit d'un élément essentiel de mon flux de travail, qui m'épargne d'innombrables heures de travail supplémentaire.

Où trouvez-vous votre inspiration ? 

La majorité de mon travail commence généralement par des idées qui me viennent à l'esprit, basées sur des descriptions de projets et des mémoires de clients, en saisissant rapidement l'image fugace de l'imagination est la clé pendant la conversation ou la lecture d'un brief. Mais comme tous les créatifs, à un moment donné, les idées me viennent moins souvent, et c'est alors que je me tourne vers d'autres artistes très talentueux, que ce soit sur Instagram ou Behance, ce qui fait généralement jaillir de nouvelles idées.

Quels conseils donneriez-vous aux photographes qui envisagent de se lancer dans la visualisation 3D ? 

Je dirais que si vous avez un véritable intérêt et une passion pour le domaine de la création, inspirez-vous des œuvres des artistes que vous admirez. Donnez-vous un cahier des charges et travaillez sur l'idée du début à la fin, en créant une série d'images qui montrent votre travail et des images finales, pour montrer vos idées créatives aux utilisateurs finaux et à votre employeur/entreprise potentiel(le). Et bien sûr - la phrase qui a été battue à mort - "pratique, pratique, pratique". Je suis tout à fait d'accord. Plus on travaille, plus on s'améliore, quel que soit le secteur ou la compétence.

 

Voir plus sur wipdesigns.com